médiances #1 : Jocou, Corps, Vā  , ("celui qui marche ne marche pas" Nāgārjuna), collection médiances #1.
Agnès Prévost, mai 2018.
15 exemplaires.
20,5 x 27 cm. .
© Agnès Prévost.




Le livre Jocou, Corps, Vā ouvre la collection « médiances », qui vise à explorer par les formes éditoriales diverses expériences de la médiance c'est-à-dire l'interdépendance entre l’être et son milieu : « le milieu (…) est empreint de la subjectité humaine, laquelle est empreinte de son milieu » (Augustin Berque).

Pour Jocou, Corps, Vā, j’essaie de raconter d'une façon polyphonique un parcours précis, à la frontière entre Isère et Drôme, depuis le col de Grimone vers le mont Jocou, le 22 juillet 2017. L’ouvrage est constitué d’un bloc épais comportant deux parties distinctes. Sur les feuilles blanches imprimées du dessus, le sens du texte humain est assuré par la jonction entre les pages découpées qui figurent les deux présences du lieu : les strates du Mont Jocou et les rafales du souffle matinal (). Suivant la ligne de découpe des pages, le texte retrace ma marche du sud au nord. La syntaxe française portant une difficulté à exprimer l’interrelation entre les différentes parties d’une phrase, j'ai travaillé la langue en m'inspirant de la syntaxe japonaise qui organise la phrase selon un schéma et un ordre autres que celui du français. On ne peut ouvrir les épaisses pages colorées du dessous, aux bords rugueux et striés : ces bords font référence aux longues strates lithiques dont les tranches visibles affleuraient..