Transmissions végétales
#1
Solstice 2020
Xème arrt, Paris
The Window/ Laboratoire d’expérimentations artistiques en milieu urbain
avec Nicolas Guillemin

Les expérimentations artistiques Transmissions Végétales sont guidées par le besoin d’observer de plus près les plantes, les relations plantes-humains, de ressaisir ce que le monde végétal communique au monde humain. Les découvertes récentes en biologie végétale attestent bien que les plantes ne se réduisent pas à une nature muette, à des « choses » ou de simples ornements. Elles sont des vies : des vies sensibles, des sois spécifiques. La relation entre une plante et un humain est donc aussi une relation entre deux sois, distincts, étrangers ou familiers. Or nous le savons bien, même s’il est parfois difficile de l’admettre, la relation que nous entretenons aux plantes est autant affective que technique.
Au cours de cette première édition, nous avons recueilli auprès des commerçants du Xème arrondissement des témoignages sur les manières qu’ont les plantes d’influer sur les formes et sur les pensées humaines. Notre collecte de propos et d’images a d’abord été discutée avec des chercheurs en éco-anthropologie et des praticiens de la permaculture lors d’un workshop au Laboratoire d’expérimentations artistiques en milieu urbain The Window.
À partir des témoignages recueillis, Nicolas Guillemin a identifié dans les témoignages et les conversations plusieurs affects partagés entre plantes et humains : la douceur ou la rudesse, la prospérité ou l’adversité, la fixité ou la mobilité. De là est née la série de dessins Ce que m’ont dit les plantes. Dans la série Atlas des graines, Agnès Prévost utilise la photographie pour mettre en rapport visuel et sensible les formes caractéristiques de graines disséminées par le vent - ailes, aigrettes de poil, capsules déhiscentes - avec des fragments de cartes de périodes diverses. Telle une précipitation, il s'agit d'une tentative de mise en contact, de mélange vital, entre formes naturelles et dessins humains géographiques ou climatiques.
L’exposition-affichage de rue Transmissions végétales 1 reprend une forme naturelle existante : celle de la dispersion, en hommage à la manière dont les graines sont omniprésentes autour de nous, dans les territoires ruraux aussi bien qu’urbains, sans que nous nous en apercevions. Sous forme d’affiches, dessins et photographies ont été dispersés, collés à différentes hauteurs, plus ou moins visibles, sur des murs et des surfaces diverses du Xème arrondissement. L’exposition, qui présentait aussi des éditions inédites des deux artistes, s’est tenue le 20 juin 2020, pendant toute la durée du jour dans la vitrine de The Window et dans les rues adjacentes. Ce jour est celui du solstice d’été qui marque la plus longue période d’ensoleillement quotidien annuel pour les plantes. Des performances rythmant l’écoulement du jour le plus long de l’année ont été proposées en lien avec les éditions.
N.G. et A.P.