Y
Atelier Y - Y (<i>Intervalles</i>, série) - Agnès Prévost
Y (Intervalles, série), 8 x 50 x 65 cm,         
Y : la naissance d’un nouveau rameau qui grandira à partir du corps de sa branche parente donne cette forme caractéristique, répétée autant qu’il y a de branches. Y, ou la ramification. De Y en Y : la plante - la racine, le fleuve - croît, parcourt.
Figure, forme archétypale qui se transmet. De la trace au symbole, la forme de ce lien entre deux branches peut faire penser à un alphabet primitif. La lettre phénicienne d’où vient notre Y signifiait hameçon, ou crochet.
Y prêt à pousser, ramifier, s’étendre. Y fragment, mesure, intervalle.
Branche compagne de mesure, de distance, scande nos pas, par intervalles. Le Littré donne pour définition de l’intervalle « la distance d’un lieu à un autre ». Et cite Buffon : “Il y a peut-être un plus grand intervalle de mer entre les îles Marianes et le Japon qu’entre aucune des terres qui sont au delà de Kamtschatka et celles de l’Amérique”, (Buffon, Hist. nat. homme, Œuvres , t. V, p. 215.). Ici, l’aire ouverte entre deux branches : intervalle d’air, ou de papier. L’étymologie nous ramène à la branche : du lat. intervallum, de inter, entre, et vallus, pieu - proprement l’espace entre deux palissades.